Les Instruments

Les instruments utilisés par Djembe Mitoussa

Les instruments utilisés par le groupe « Djembé Mitoussa » sont essentiellement issus d’Afrique de l’Ouest. Ces différents instruments, dont les mélodies s’entremêlent dans les différents rythmes, sont présentés en détail ci-dessous.

 

Le djembeLe Djembe

Sa forme de calice rappelle celle du mortier à piler. Sculpté en une seule pièce, il est constituer d’un « pied » tronçonnique évidé dont la cavité communique avec une caisse de résonnance. Sa taille est variable, généralement de 50 à 60 cm de hauteur et de 30 à 40 cm de diamètre. Sa partie supérieure est recouverte d’une membrane en peau de chèvre. Le système de tension est réalisé grâce à un tressage de cordes en nylon et la peau est maintenue à l’aide de trois cerclages métalliques.

Le tambour djembé, dont il existe un petit et un grand indissociablement joués ensemble, occupe une place centrale dans la pratique musicale des Malinké, des Khassonké et des Peul sédentaires du Wasulun, qui l’utilisent respectivement pour produire la musique sokoninkun, liée à l’antilope mythique se trouvant à l’origine de l’agriculture, la musique du nama (hyène) culte lié aux travaux des champs, la musique du sigi, « Buffle », animal auquel les chasseurs vouent un culte, la musique jaguawara (musique ayant la force d’obliger les gens à danser), la musique proprement dite du djembé.

 

Les dununsLes Dununs

Les trois dununs forment la base du rythme. Chaque tambour a une sonorité différente: le dunumba possède la note la plus basse, le kenkéni la plus aigüe, le sangban, dont la note se situe entre les deux, représente le coeur du rythme. De forme cylindrique et munis de deux peaux, ils sont joués en position horizontale, à l’aide d’une grosse baguette, et sont surmontés d’une cloche de métal forgé que l’on frappe de l’autre main, avec une tige de fer ou un anneau.

Les Dununs sont faits de bois de Boumou, monté avec une peau de première qualité (souvent une peau de vache).

 

Le krinLe Krin

Appelé aussi kolokolos, le Krin est originaire de la Guinée forestière. Il est également utilisé en basse côte guinéenne par l’ethnie Susu. Tambour au language particulier, le Krin n’est joué que par des musiciens initiés. Il a une fonction de communication entre les villages. Il est maintenant joué en orchestre et donne une teinte mélodique à la polyrythmie. Taillé dans une bille de bois, le Krin possède deux notes: la plus petite fente émettra un son aigu, l’autre un son plus grave. Posé au sol, on le frappe avec des baguettes de bois.

Il est fabriqué en bois de lingué, dugura ou fromagé selon la période de l’année.

 

Le balafonLe Balafon

Xylophone composé d’un chassis bas sur lequel sont parallèlement disposés 17, 19 ou 21 lames de bois de longueurs décroissantes. Chacune a son propre résonateur. Réalisés avec des calebasses sphériques de tailles progressives, les résonateurs de Balafon sont pourvus chacun d’un ou deux mirlitons. Recouvrant les trous percés dans les calebasses, ces membranes vibrent lors de la frappe sur les lames et en colorent le son. L’étendue musicale de l’instrument est d’environ trois octaves. Le Balafon mandingue est sur l’échelle pentatonique.

Le musicien joue avec deux baguettes entourées de caoutchouc aux extrémités et porte souvent des bracelets de grelots en fer aux poignets. Le Balafon est généralement joué par des griots pour faire de la musique purement instrumentale ou accompagner le chant des femmes.

 

La koraLa Kora

Cordophone du monde mandingue à 21 cordes, dont l’on retrouve les premières traces dès la fin du XVème siècle en Afrique sahélienne.

Aide-mémoire portatif, apanage des griots. La kora devient ces dernières années un instrument soliste n’hésitant pas à se confronter à différents genres musicaux.

La facture de l’instrument se constitue d’une calebasse, caisse de résonance sur laquelle est fixé un manche central cylindrique en bois de santal ou en acajou. Les 21 cordes de nylon sont réparties en deux rangées parallèles sur un chevalet perpendiculaire à la table d’harmonie en peau de vache.

Deux baguettes situées de part et d’autre du manche permettent au musicien de tenir l’instrument dont les cordes sont jouées avec le pouce et l’index de chaque main. Un trou, jouant le même rôle que l’ouie du violon est percé dans la caisse de résonance souvent décorée de petits clous ou de tatouages.

 

Le N'GoniLe N’Goni

Harpe à chevalet ou petite guitare du monde mandingue, dont l’origine remonte au XIIème siècle, encore nommmée dous n’goni, kamélé n’goni à quatre ou six cordes voir sept. Instrument de prédilection des chasseurs de la région du Wassoulou.

 

Les karkabousLes Karkabous

Il s’agit d’un instrument en forme de 8, en acier dont le son ressemble à celui d’une cymbale. Il se tient dans la paume de la main grâce à un lacet reliant les deux parties de l’instrument.

 

Plus de détails sur le groupe Djembé Mitoussa :